Chroniqueur Europe 1 : les dessous du casting

Europe organisait hier, le 6 juin, un casting chroniqueur ouvert à tous, peu importe les profils, pourvu que les candidats soient majeurs. J’ai eu envie de tenter ma chance.

Arrivée sur place à 10h05, il y avait déjà une grande foule amassée devant l’entrée. Je prend mon tour dans la file. L’attente allait durer 9 heures et heureusement, je ne le savais pas car j’aurais sûrement fait demi-tour. A raison de 4 candidats par 4 qui entraient dans le studio d’enregistrement spécialement conçu pour ce casting, toutes les dix minutes environ, c’est vrai que ça aurait pu être plus long. D’après ce que j’ai pu voir, nous avons été 718 candidats, le dernier étant entré dans le studio aux environ de 23h.

Dans la file, il y avait un groupe qui a tout de suite lié amitié. Force est de constater que certains se connaissaient depuis longtemps et pour cause : il y avait des acharnés des castings, j’ai même entendu une candidate désigner un type et lui dire « mais t’as pas fait Star Academy et la Nouvelle Star ? » Beaucoup d’aspirants acteurs, d’écrivains en mal de reconnaissance, de chanteuses, de wana-vip mais finalement pas autant de journalistes débutants que je l’aurais cru. Moi qui m’étais figuré que j’allais être en concurrence avec des journalistes diplômés, je me suis retrouvée avec des « artistes ». Les dits « artistes » pas très optimistes puisque j’ai entendu quelqu’un dire que c’était une bonne idée de genre d’opération car sinon, ça fonctionne par copinage. Les mêmes qui écument tous les castings possibles et imaginables, dans le but de devenir célèbres. Je n’ose pas imaginer ce que ça aurait donné si cela avait été un casting télévision. 

Il faut quand même saluer la performance d’un des candidats qui a parlé sans discontinuer pendant presque 9 heures. Et de nous raconter sa vie amoureuse et sexuelle en long, en large, en travers, en oblique. Toute sa vie a été déballé comme des cadeaux un jour de Noël. Un autre candidats de ce même groupe, à l’accent à couper au couteau, nous a aussi déballé sa vie, y compris certaines anecdotes mettant en scène certaines célébrités dont je sais qu’elles sont purement inventées. On avait aussi l’impression que certains s’étaient trompés d’endroit. J’ai en mémoire une femme, aux cheveux blonds platines décolorés, fard à paupières bleus canard (c’était déjà ringard dans les années 80) pantalon doré (à 10h du matin, ça pique les yeux), boots python et sac assortis et faux cuir rouge pétard.

Celui qui nous avait raconté sa vie pendant 9h nous donnait à l’occasion des conseils sur comment parler, comment se présenter, etc. Me faisant le soupçonner d’être en réalité une taupe et nous indiquant aussi les sujets sur lesquels on devait parler. Bien entendu, on m’a demandé ce que j’allais raconter.

Par pur calcul, j’ai menti je l’avoue. J’ai dit que j’allais parler de relations humaines ce qui était effectivement mon sujet de départ et en fait, une reprise de mon article les désirs inassouvis mais au final, j’ai changé d’idée en cours de route et j’ai préféré parler de l’ONU, HADOPI et l’Union Européenne. Apparemment, j’ai été la seule. Tant mieux car d’après ce qui m’a été donné d’entendre, beaucoup se sont lancés sur les mêmes sujets, notamment DSK.

L’ambiance était tout de même bon enfant, les gens étaient par groupe et certains se dévouaient pour aller chercher quelques victuailles et boissons. Courageusement, je n’ai rien mangé et presque rien bu, sauf à un moment où, au bout de quatre heures, j’ai demandé à mes camarades de me garder ma place et je suis allée me poser au café l’Antenne, qui a vu ce jour-là, son bénéfice au moins multiplier par deux. M’est d’avis qu’ils vont demander à Europe 1 de faire ce genre d’opération plus souvent.

En écoutant les autres discuter, je me suis rendue compte qu’en fait, peu avaient réellement et sérieusement préparé leurs sujets. Certains sont venus uniquement pour faire un « coucou » à la radio. Une candidate est venue avec son chien. Un candidat a fait sa chronique en la slammant, un autre voulait la faire en langue basque. J’en ai vu un avec une guitare. Le dernier candidat a carrément chanté un opéra. Ceux qui ont beaucoup rigolé à mon avis, c’est ceux qui travaillaient sur le casting à commencer par David Abiker que j’ai vu explosé de rire dans le studio d’enregistrement à l’écoute de l’un de candidat ou encore Gilles Nay qui est venu régulièrement voir comment ça se passait dehors et faire quelques photos, sans oublier les équipes de sécurité et Christophe Israël, dehors avec son micro et son cameraman. S’il y en un a qui a bien mis un joyeux bazar c’est Laurent Baffie. Ce dernier s’est pointé comme une fleur sur les coups de 16h-17h , a demandé quel était le dernier candidat dans la file d’attente et l’a fait passé devant tous les autres. Le dit candidat a eu l’air passablement gêné, surtout qu’il s’était pointé vers 15h et que les autres, dans leur majorité, étaient là depuis 10h du matin.  

Le groupe avec lequel j’attendais a désespérément essayé de me faire parler. Ca n’a pas fonctionné, je suis restée muette comme une carpe. Pour une fois, j’ai tendu les oreilles, ce qui m’a permis de détecter les sujets à éviter. Par contre, j’ai bien tweeté et m’est d’avis que je devais être l’une des rares. J’étais aussi à mon avis, une des rares blogueuses présentes, ce qui m’a passablement étonné. Je m’étais attendue à retrouver d’autres blogueurs et blogueuses et en fait pas du tout.

Nous avions des anges gardiens durant ce casting en dehors de l’équipe de sécurité : deux jeunes filles énergiques, enthousiastes et souriantes (des stagiaires ?) qui nous ont distribué sandwichs, bouteilles d’eau, barres de Mars et de Twicks.

Sur l’opération en elle-même, il faut admettre que l’idée était très bonne, car en terme de communication, ça coûte peu mais ça peut rapporter beaucoup car les audiences vont faire un bon en avant, ne serait-ce parce que les candidats vont surveiller l’annonce des résultats et que selon qui sera choisi, Europe 1 fera figure de radio innovante, qui privilégie les jeunes talents, les inconnus, plutôt que les monstres sacrés du journalisme.    

Quant aux résultats, le vendredi 10 juin sera publiée sur le site de la radio les 20 meilleures performances, et le mardi 14 juin, les gagnants de ce concours, qui peuvent être maximum au nombre de trois.

Et ta chronique me diriez-vous ? Rassurez-vous, elle sera disponible demain ici et je remercie tout particulièrement ceux qui étaient à la conférence HADOPI, ceux qui ont tweeté la dernière déclaration de l’ONU car c’est grâce à vous que j’ai pu sortir quelque chose qui tenait la route. Merci aussi à tout ceux qui m’ont encouragé à le faire et qui m’ont envoyé des messages, tweets et autres DM durant cette longue journée. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.