Effet Streisand et effet Flamby

Comme vous l’avez sûrement compris, j’assistais hier au premier jour de Pas Sage en Seine organisé notamment par notre ami Bluetouff et parmi les intervenants figurait Benjamin Bayart de FDN, fournisseur d’accès à Internet indépendant, venu nous parler de l’effet Flamby.

Pourquoi l’effet Flamby ? Tout simplement parce que si vous renversez malencontreusement un Flamby sur la table, si vous n’y touchez pas, il ne sera qu’une tâche dans une cuisine. Mais si jamais vous avez le malheur de vous la jouer Stallone et d’écraser le dit Flamby, vous allez retrouvez du Flamby sur tous les murs.

A quoi s’applique l’effet Flamby ? Contrairement à l’effet Streisand qui est la tentative de retrait d’une information sans intérêt du réseau, il concerne une information importante, connu, voire très connue qu’un Etat, un Gouvernement souhaite faire retirer du réseau. Ce n’est ni plus ni moins qu’une forme de censure de l’information car elle pourrait avoir un impact sur les populations. Le point commun d’avec l’effet Streisand, c’est l’agression. Et la réponse à cette agression va être une défense volontaire du réseau. La différence fondamentale est dans le contenu de l’information.

Mais comme le dessert au caramel, en voulant effacer du paysage l’information, elle va se répandre.

Comment répandre l’information ? Pour éviter ce qui s’analyse comme une forme de censure, il convient de passer par du mass-miroring. En langage clair, cela veut dire demander à d’autres sites d’héberger l’information, de manière à ce que lorsque la première source sera inactive, la seconde puisse prendre le relais. Idéalement, dès que le premier site est en place, il faudrait que le troisième soit opérationnel, de manière à toujours avoir un temps d’avance.

On appelle miroir ces sites car ils ne modifient pas l’information, ils se contentent de la reprendre et éventuellement d’être des reflets d’une information donnée. Mais il faut établir des protocoles de mass-miroring car lorsque l’information est de nature politique et dans l’effet Flamby c’est souvent le cas, un blocage qui ne dure même que quelques heures va avoir un impact très dommageable.

Sur la technique, l’idéal serait d’avoir un centre intouchable et déplaçable. Il faut être sur un site émetteur qui pousse les mises à jour mais cela pose des problèmes de sécurité car idéalement il faudrait un point d’émission mais pas de point central.

Le deuxième problème va être la clef, qui sera activée pour que les personnes puissent pousser les mises à jour or le stockage est un problème car il y a un risque qu’elle tombe dans les mains de personnes malintentionnées.

La base de données va aussi être un problème car le site a une base de tous les sites à mettre à jour, elle doit donc être très sécurisée.

L’information centrale doit être petite afin d’être facilement déplaçable et sécurisée car la machine qui diffuse l’information va l’avoir en RAM. De la même manière, le matériel doit être facilement déplaçable.

Je ne m’étend pas sur les aspects très techniques car je ne suis pas sûre d’être capable de les retranscrire correctement. Néanmoins, ce qui est intéressant c’est le retour d’expérience. En effet, sur 7 000 sites candidats miroirs, 60 % avaient des comptes FTP dû au fait qu’il s’agissait de pages personnelles type blog ou hébergement mutualisé. Sur les 7 000, seuls 1 800 avaient des comptes valides. Il y a un taux d’échec colossal et Benjamin Bayart préconise de passer par du SSH.

Clef de voûte du système c’est le contrôle a priori et a posteriori, non seulement de l’information en elle-même mais également des logins, mots de passe, IP, etc. En effet, certains logiciels ou fournisseurs altèrent volontairement le contenu des pages publiées, c’est le cas pour tout ceux qui ont des hébergements mutualisés et qui donc passent par du FTP.

Il reste des aspects, des problématiques purement techniques à corriger afin que l’effet Flamby soit optimisé que l’on pourrait résumer par la gestion d’une communauté sans création de point central alors qu’il en existe un techniquement.

Je vous retrouve sur PSES2011 à la Cantine Numérique aujourd’hui et demain.  

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.