Follow Friday et autres sous-titres pour Twitter

Tous les vendredis, sur Twitter, vous voyez certainement passer le hashtag suivant : #FF sans trop savoir qu’est que c’est. De la même manière qu’il y a #jeudiconfessions, il y a le #FF.

Le Follow Friday permet simplement de faire une sorte de concours de popularité sur Twitter parmi tous les membres de la communauté. C’est aussi dire à ses followers qu’on les invite à suivre telle ou telle personne sur Twitter en raison de leur humour, leurs connaissances ou pour d’autres raisons.

La raison d’être du #FF est finalement assez simple. De la même manière qu’on ne suit pas n’importe qui dans la rue, on ne suit pas n’importe qui sur Twitter. Certains « Twittos » sont plus ou moins à éviter sauf si vous êtes sado-maso.

Recommandations de copains mais aussi question d’ego car pas de mention #FF si soi-même on n’en fait pas. Logique. Ne vous attendez donc pas à être recommandé si vous-même vous ne faites jamais de recommandations. 

Certaines personnes n’en font presque jamais ou alors presque systématiquement réservé aux mêmes personnes. Ce n’est pas tant du mépris qu’une façon de montrer que leurs #FF ne sont pas à brader.

Vous avez aussi les gens qui oublient et font leur #FF le vendredi soir à 23h45 en catastrophe. Comme son nom l’indique, le #FF se fait le vendredi.

Pour faire un #FF il faut aussi avoir un nombre de followers suffisant et suivre un certain nombre de gens sinon vos recommandations tomberont à l’eau.

Le #FF est une question d’ego, de recommandation mais aussi une question de personal branding. Car les gens qui vous recommandent conseillent aussi le contenu que vous proposez. D’où l’importance finalement de faire aussi du #FF car les gens renvoient l’ascenseur.

Et si on est un peu égocentrique, on pousse le vice jusqu’à RT à ses followers les #FF que l’on a reçu, surtout si cela vient de gens dits influents.

Voici les termes et hashtags qui reviennent le plus souvent sur Twitter :

Hashtag : mention précédée d’un dièse. Exemple #FF pour Follow Friday

#JDCJDR: acronyme de “je dis ça je dis rien” qui permet de placer quelques sous-entendus et autres mentions un peu ironiques sans avoir l’air d’y toucher

#jeudiconfessions : comme son nom l’indique, hashatg à insérer quand on s’apprête à balancer un truc un peu gênant mais drôle.

#VDM : hashtag pour Vie de Merde

#Fail : je me suis posée la question de la différence entre le fail et la VDM et je dirais que le fail, c’est quand vous rapportez une erreur provenant de quelqu’un d’autre et que la VDM, c’est quand vous, vous merdez

Twitpic or didn’t happen ! : Quand vous dites certaines choses sur Twitter, on vous répond par “Twitpic or didn’t happen”. Littéralement, photo via la plate-forme Twitpic ou on ne te croira pas. Très souvent demandé aux Twittas quand elles parlent de jolies robes.

#NSFW : Not Safe For Work. Hashtag à insérer quand on propose un article un peu coquin, de façon à ce que la personne lui ouvre le lien proposé sache que ça ne sera pas à afficher sur le rétro-projecteur pendant la réunion hebdomadaire.

Finalement, Twitter c’est simple quand on a les bonnes clefs de compréhension.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.