J’ai mal à ma France

Commentaires

Je comprends votre malaise, mais précisément, les raisons que vous font envisager u ndépart sont celles qui au contraire doivent vous faire rester. Les cons ne sont pas les plus nombreux. Jamais. Ils sont les plus bruyants, ce qui peut nous induire en erreur. Il faut rester, pour tenir le terrain, pour ne pas le leur céder.

Sauf au mois d'août où là je me casse au soleil.

Comme tu le dis, cette montée de l'intolérance ne date que de quelques années. Personnellement je pense qu'il faut la lier au contexte politique et économique.

Notre précédent gouvernement, en voulant racler toujours plus à droite, n'a fait que banaliser les thèses défendues par le FN. Et les dirigeants UMP se défendent aujourd'hui d'avoir participé à cela. La stratégie était simple, désigner un coupable qui serait responsable de tous les maux, et abreuver le peuple de cette vérité. Prémâcher les idées et les rabacher sans cesse afin que nul ne prenne le temps de réfléchir. Rappelons nous du fameux débat sur l'identité nationale...

Chance pour les politiciens, la fameuse crise financière était là. Elle a pu servir d'excuse idéale dans certains domaines, mais pas tous. Combien de fois a-t-on entendu "c'est la crise". Néanmoins il ne faut pas négliger l'impact psychologique de ce matraquage pessimiste sur monsieur tout le monde. Impact qui, à mon avis, renvoie tout un chacun vers les instincts primaires de conservation, bien loin des idées d'ouverture et de solidarité.

Quant au sexisme qui résiste, il ne faut pas oublier que cela fait à peine plus de cent ans que nous sommes sortis de l'époque victorienne, où le rôle de la femme était limité à l'élevage de la progéniture et à la maintenance du foyer. Et m'est avis qu'il faudra encore plusieurs siècles avant que les mentalités n'évoluent vraiment.

C’est le temps des rustres, leur monde ancien, fantasmé, cette vision d’une France qui n’a jamais existée que dans des souvenirs confus, s’éloigne d’autant plus vite qu’il n’a jamais existé, et je crois qu’ils ont commencé (enfin) à le comprendre, alors ils sont mécontents, ils sont pressés, ils ne prennent plus de précautions, ils se lâchent avant qu’il ne soit trop tard. Ils parlent fort pour faire nombre, pour se rassurer, mélange les roms et les roumains, la GPA et la PMA, les pédés et les pédophiles, l’IVG et le TGV, c’est tellement plus simple de parler sans réfléchir surtout quand on a rien d’intelligent à dire et puis les nuances ca complique tout et ils n’aiment pas ça.

le monde était plus simple parce que l’on refusait de voir ça complexité, ne pas voir, ne pas savoir, les gays se cachaient, les femmes se taisaient, les étrangers s’efforçaient d’être transparents, les enfants recevaient des beignes, les riches se faisaient discrets, les pauvres se résignaient, c’était beaucoup plus simple et tout le monde étaient content, enfin presque à part les femmes, les jeunes, les pauvres, les gays, les vieux et les autres, bon y avait bien l’homme blanc entre trente et soixante ans mais lui s’emmerdait très fort.

Mais lentement, surement, inexorablement le rideau c’est déchiré, et tous ceux qui se taisaient ont commencé à parler : les femmes, les jeunes, les handicapés, les homos… et ils en ont des choses à dire depuis le temps qu’ils se retiennent, alors ça fait du bruit et ça complique tout, le réel c’est vraiment trop chiant, rendons leurs la France des « saintes cheries » et du « commissaire Maigret »

Et puis, il faut les comprendre, une femme ministre, d’accord mais dans un ministère adaptée, la condition féminine, c’est bien ça pour une femme, c’est ton sur ton, élégant, discret, parfait sur la photo parce que la : Taubira, une femme, progressiste, combative, avec du répondant ( elle a même répondu à Christian Estrosi donc elle a dû l’écouter, la volonté et la patience !!) et quand même très foncée dans le fauteuil jadis occupé par Alain Peyrefitte, bon il semblerait qu’elle ne soit pas lesbienne, je sais ça ne me regarde pas, ça n’a pas d’intérêt, mais le combo m’aurait fait rire, juste l’idée.

Tu as mal à ta France, j’en suis désolé, pense juste à ce qu’ils lui feront, si tu leurs laisse, la solution est peut-être dans ton exemple des mignons, personne ne se moquait pour de nombreuses raisons et je ne crois pas trop à l’ouverture d’esprit et à la tolérance pour l’homosexualité en France au XVI siecle pendant la contre reforme. Le fils de catherine de Médecis, était prince du sang et futur roi de France, ca calme et les mignons, pour sophistiqués et efféminés qu’ils fussent étaient ses gardes du corps, sa garde rapprochée, et comptaient parmi les meilleures épées du royaume, l’idee de se faire embrocher devait également ralentir les taquineries.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.