La Roumanie pointée du doigt...à tort?

Depuis que la Roumanie est entrée dans l'Union Européenne, la question qui semble fasciner beaucoup de personnes est celle des Tziganes, que vous, vous appelez Roms mais qui pour nous de veut rien dire. Chez nous, on parle de Tziganes, quand vous nous parlez de Roms, on ne sait pas ce que ça veut dire. De la même manière que confondre Roumains et Tziganes, comme les journalistes le font allégrement est une insulte pour nous. A titre de comparaison, essayez de dire à un Corse qu'il est Basque, juste pour rigoler. 

On me dit que la Roumanie et les Roumains n'aiment pas les Tziganes, qu'on les maltraite, qu'on les discrimine, etc. Au-delà du fait que ce genre de discours à l'emporte-pièce, sans aucune connaissance du pays pour appuyer les dires, a juste tendance à me foutre en l'air, il suscite aussi mon étonnement.

1. Parce que quand on regarde l'histoire de la seconde moitié du 20eme siècle en Roumanie, on s'aperçoit que la discrimination des Tziganes, c'est juste un gros fantasme populaire.

2. Parce qu'autour de la Roumanie, il y a un certains nombres de pays qui maltraitent réellement les communautés Tziganes, sans pour autant susciter l'indignation.

Alors aujourd'hui, on va faire un bref résumé de l'histoire de mon pays. Quand le général Antonescu est arrivé au pouvoir en Roumanie en 1940, il a activement participé à la Shoah, non seulement, il s'est débrouillé pour éradiquer le plus de Juifs possible et évidemment le plus de Tziganes possible. La Roumanie ne s'est pas contentée d'être un vassal passif, le pays a activement participé, sans qu'on ait eu "besoin" de l'encourager.

En 1944, exit Antonescu, le roi Micheler reprend temporairement le pouvoir car en 1947, la République Populaire Roumaine est déclarée, Ceausescu en prendra la tête de 1965 jusqu'au 25 décembre 1989. A partir du moment où Ceausescu a pris le pouvoir en Roumanie, il s'est non seulement éloigné de la sainte-mère URSS mais également a cherché à se rapprocher des pays occidentaux. Souhaitant peut-être faire amende honorable du passé, il a décrété un certain nombre de mesures favorables pour les Tziganes, notamment celle qui leur permettait de quitter librement le pays. Considérant qu'ils étaient nomades par essence, ils avaient l'autorisation de quitter le pays quand cela leur chantait ou presque alors que pour tous les autres c'était niet. Je passe également sur les subventions, aides, allocations en tout genre qui ont été données à la communauté Tzigane alors que juste tout le reste du pays crevait la faim.

25 décembre 1989: Ceausescu est zigouillé et c'est Ionescu qui prend la tête du pays. Notre actuel chef d'Etat est Basescu et depuis 1989, il y a toute une série de mesures favorables à la communauté Tzigane. Je pense notamment à celle qui a le plus scandalisé: des allocations versées aux familles Tziganes pour qu'elles envoient les enfants à l'école.

La question de l'intégration pleine et entière de la communauté Tzigane au sein du reste de la société Roumaine qui est très bigarrée est peut-être la seule chose que Ceausescu et ses successeurs ont eu en commun.

Quand ils viennent en France et qu'ils sont interviewés, ils disent qu'en Roumanie, il n'y a pas de travail. Je vous rassure: c'est faux. Le pays est en pleine reconstruction, donc beaucoup de chantiers. Du fait que c'est un pays encore très agricole, il y a du travail dans les fermes, le commerce est en plein boom, les nouvelles technologies aussi et à une vitesse incroyable. Donc ne me dites surtout pas qu'il n'y a pas de travail en Roumanie.

Alors c'est vrai qu'au sein de la population, on est pas super potes avec les Tziganes. Je vous rassure, dans la mesure où chez nous il y a des Russes, des Moldaves, des Daches, des Hongrois, des Allemands, des Bulgares, des Valaches, c'est pas qu'on se met sur la gueule en permanence mais presque. On est un peuple bigarré, forcement par moments ça pète un peu. Mais rien à voir avec un espèce de pseudo-apartheid qu'on veut absolument vous faire gober.

Et puisqu'on parle Apartheid , j'en arrive à mon point numéro 2.

Vous nous cassez les noix avec la pseudo-discrimination des Tziganes en Roumanie. Je trouve ça curieux de voir comment tout le monde ferme sa gueule quand il s'agit du traitement que réserve la Slovaquie aux Tziganes. Qui savez que dans les hôpitaux et dispensaires hongrois, dès qu'une femme Tzigane vient faire un examen gynécologique, on en profite pour lui ligaturer les trompes, donc les stériliser?

Vous croyez que je délire? Et l'arrêt K.H. et autres c. Slovaquie du 28 avril 2009 de la CEDH, c'est du nougat? 

Et que dire des écoles spéciales dans lesquelles sont affectées les enfants d'origine Tziganes en République Tchèque? D.H. et autres c. République Tchèque du 13 novembre 2007 de la CEDH.

Que dire du racisme très latent en Bulgarie ainsi que le dénonce cet article du Monde paru aujourd'hui, intitulé sobrement "Sur Facebook aussi, on n'aime pas les Roms"

Et on ose encore me dire que c'est en Roumanie qu'on maltraite les Tziganes? Alors je ne dis pas qu'on est des anges, mais à mon avis, on est pas les pires du lot et curieusement, c'est nous qui récoltons le plus de critiques et d'insultes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.