La situation des Tziganes en Roumanie : réalité

Hier, je vous disais que ça me cassait les pieds de lire autant de conneries sur la pseudo-discrimination des Tziganes en Roumanie.

Aujourd'hui je vais vous donner quelques éléments de réflexion.

Dans la communauté Tziganes de Roumanie, la famille est régie selon un système patriarcale, comme le reste de la société. Chez nous, c'est à l'homme de ramener l'argent du foyer et à la femme de gérer le foyer. Cela ne veut pas dire que la femme ne doit pas travailler, attention, mais c'est à elle de faire en sorte que la maison soit impeccablement tenue (question d'honneur), que les enfants soient correctement élevés et l'homme doit s'assurer que sa famille ne manque de rien.

Dans la communauté Tziganes, les femmes sont mariées très jeunes, en fait, souvent dès les premières règles, c'est très rare de voir une jeune femme Tzigane de 21ans non-mariée. Il ne s'agit évidemment pas de mariage civil puisqu'une bonne partie de la communauté n'existe pas administrativement. Or, chez nous, 75% des démarches de la vie quotidienne nécessite le bulletin, l'équivalent de votre carte nationale d'identité. Sans bulletin, on ne peut pas avoir de compte en banque, on ne peut pas travailler, on ne peut pas scolariser les enfants. On peut néanmoins se faire soigner dans certains établissements spécifiquement dédiés. Donc qu'on ne vienne pas me dire qu'on laisse mourir les gens de maladie en Roumanie. Surtout que nos médecins roumains, on a un peu tendance à se les faire piquer, j'ai appris par hasard que la Belgique appelait les médecins roumains en renfort.

Revenons aux femmes, elles sont mariées très jeunes et évidemment, elles ont des enfants très jeunes sauf qu'elles n'accouchent pas l'hôpital et qu'elles ne sont pas suivies médicalement pendant la grossesse. Résultat, elles-mêmes n'existent pas administrativement mais les enfants non plus.

Pire encore, on m'a raconté, mais c'est du oui-dire, que certains enfants étaient volontairement estropiés à la naissance. Pourquoi? Pour apitoyer plus facilement les gens et faciliter la mendicité. Est-ce que c'est vrai ou pas? Je ne sais pas, comme je l'ai dit, c'est du oui-dire, c'est ce qui se raconte par chez moi.

Du fait qu'ils ne peuvent pas occuper un emploi parce qu'inexistants administrativement et chez nous,  "le monstre froid" (expression de Weber pour désigner l'Administration) occupe une grande place, les membres de la communauté sont obligés de bricoler, ça passe par la mendicité, les rapines, etc. Et comme les enfants ne sont pas scolarisés, on les "rentabilise" rapidement et ils reproduisent évidemment le seul schéma qu'ils connaissent. Cercle vicieux.

Pour essayer de pallier à cette non-vie administrative, l'Etat a mis en place des mesures afin que toutes les personnes appartenant à la communauté Tzigane puisse avoir une existence administrative, mesures à l'entière charge de l'Etat, les personnes souhaitant se voir délivrer notre fameux bulletin n'ont rien à débourser. Sauf que tout le monde ne le fait pas.

A partir de là, c'est un peu compliqué de dire qu'on est discriminé alors qu'on ne fait pas les démarches nécessaires pour avoir une existence légale. Il est évident que la situation des Tziganes ne s'arrangera pas tant que des efforts ne seront pas faits.

L'Etat a mis en place des allocations, des aides, des mesures, c'est aux membres de la communauté Tzigane de faire à leur tour des efforts. Et au risque de me répéter, je vais vous redire qu'en Roumanie il y a du travail. Un exemple: un de mes oncles possède la moitié d'une petite ville perdue au creux des Carpates. Il y a beaucoup de travaux à faire pour rénover les bâtiments, les maisons, etc. Donc de grands et gros chantiers.

Si je vous dis que la dernière fois que je lui ai parlé, il m'a dit qu'il avait du mal à trouver de la main-d'oeuvre? Alors qu'il donne des salaires plus que corrects et en adéquation avec le niveau de vie de là-bas?

De la même manière, il y a des bourses et des allocations pour scolariser les enfants de la communauté Tzigane comprenant les manuels, l'uniforme, le matériel scolaire, en somme, cela ne coûte rien de scolariser les enfants.

Alors oui, il y a sûrement une part d'intolérance de la part de la population roumaine envers la communauté Tzigane mais tant que ces derniers ne feront pas les démarches nécessaires pour exister administrativement, émanciper les femmes et surtout scolariser les enfants, rien ne changera.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.