Le Gouvernement Roumain veut taxer le paranormal: au secours

On sort un peu du droit et de l'informatique pour parler d'une nouvelle plutôt triviale, aperçue hier dans la presse, à savoir: le Gouvernement Roumain, toujours à la recherche de sous, a décidé de taxer les personnes ayant des activités de divination et de sorcellerie.

Et là pardon je l'avoue mais j'ai rigolé.Pourquoi?

Déjà parce je considère que taxer ce genre d'activités c'est reconnaître que les dites personnes ont un don surnaturel, même si je comprend la nécessité de trouver des sous quelque part. Or les gens de mon pays, plus dans les campagnes que dans les villes comme Bucarest, sont assez superstitieux. Il y a un curieux mélange entre croyances religieuses et croyances paganistes, un peu comme pendant le Haut Moyen-Âge en France ou en Angleterre. Moi-même j'avoue que certains superstitions ne m'ont pas quitté. Ainsi je ne fais jamais de lessive les jours de fêtes, le linge mouillé attire la maladie. On ne fait pas non plus de ménage.Je me souviens aussi d'une vieille dame qui habitait à la campagne et qui lisait dans le marc de café. Apparemment, son don était exceptionnel.

Mais je m'égare. Bref, ils veulent taxer les sorcières et les voyantes. Ironie de la chose, qui semble avoir échappé aux journalistes français: la plupart des "sorcières" et des voyantes appartiennent à la communauté Tzigane (ne me demandez pas de chiffres, je n'en ai pas, je me base sur ce que j'ai vu). Je me demande comment ils vont réussir à les taxer.

Et puis il y a autre chose: vous ne le savez sûrement pas mais les adeptes de la littérature sur la Wicca le savent parfaitement mais quand on est supposé avoir un don, on ne doit jamais en faire commerce. Il est interdit de le monnayer.  C'est pour ça que j'ai toujours rigolé quand j'ai vu des gens faire payer leurs prédictions et leurs sortilèges. Vous me direz: et la vieille dame avec le marc de café?

Justement, la dame au marc de café ne se faisait pas payer. Il était d'usage de lui apporter le café dont elle allait se servir pour la prédiction et donc les gens qui la consultaient venaient avec du très bon café (chose qui était encore assez rare il y a quelques années, c'était une denrée précieuse), du sucre et quelques autres denrées alimentaires. Mais ce n'était pas elle qui les réclamait. Ce qui explique pourquoi c'était la seule voyante qu'on prenait au sérieux dans la famille.

Je ne dis pas qu'il n'existe pas certaines forces mystiques à l'oeuvre dans ce monde, il y a des choses qu'on ne peut pas voir et qu'on ne peut pas comprendre. Mais on est pas non plus obligé, sous couvert de récolter quelques sous, d'encourager la superstition des gens. Surtout quand le fric, on peut le prendre ailleurs 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.