L'utopie du risque zéro

Lundi dernier, Numerama relayait une info sur le piratage des ordinateurs des fonctionnaires de Bercy après que ces derniers aient cliqué sur une pièce jointe. Et j’ai repensé à HADOPI qui condamne les internautes pour défaut de sécurisation suffisante. Ce qui m’amène à m’interroger : pourquoi exiger le risque zéro en matière de sécurité informatique et d’informatique tout court, alors qu’il n’est pas exigé ailleurs ?

Prenez des exemples de votre vie quotidienne : quand vous traversez la rue, même si le feu est vert pour les piétons, vous n’avez pas du tout l’assurance qu’un automobiliste ne va pas griller le feu et vous renverser.

Quand vous allez vous faire soigner à l’hôpital, vous pouvez attraper une infection nosocomiale.

Quand vous mangez, vous pouvez faire une indigestion ou une intoxication alimentaire.

Quand vous étudiez, vous pouvez rater à votre examen et quand vous travaillez sur un projet, vous pouvez vous planter.

Vous fumez, vous buvez, vous travaillez, vous vous couchez tard, vous regardez TF1. Autant de facteurs à risque.

Dans notre vie quotidienne, nous n’exigeons pas le risque zéro tout simplement parce qu’il n’existe pas.

Alors pourquoi l’exiger en informatique ? Parce que c’est scientifique ? A ce compte-là, la médecine aussi, ce n’est pas pour autant qu’elle est infaillible. Et pour rester dans l'actualité, idem pour le nucléaire.

L’informatique entre dans le champ scientifique mais l’informatique n’est rien sans l’humain or, la plupart des erreurs proviennent de failles purement humaines.

Je suis presque sûre que la fameuse pièce jointe qui a contaminé les ordinateurs de Bercy devait être une connerie du genre Machine_nue_sous_sa_douche.jpeg.

Demander à l’outil informatique d’être infaillible, c’est demander à l’humain qui s’en sert de l’être et si les humains étaient infaillibles, ça se saurait depuis le temps.

Si les humains étaient infaillibles, nous n’aurions même pas besoin de textes de loi pour régir la société, ni de magistrats, ni d’avocats, ni même de gouvernement et de chef d’Etat.

Ce n’est pas le cas puisqu’au contraire, notre pays connaît une inflation législative qui ne cesse de grandir depuis ces trente dernières années. 

D’où une certaine contradiction. On essaie de rendre infaillible l’outil informatique, en tout cas, on l’exige mais on est incapable d’éduquer pour faire disparaître les comportements idiots. La preuve avec les pseudo-éducations à l’outil informatique auprès des adolescents, qui leur présentent Internet comme le nouveau Grand Satan plutôt que de les guider dans leur apprentissage. On essaie vainement de réprimer mais pas d’éduquer.

Je serais très curieuse de savoir si les agents de Bercy vont recevoir une sanction disciplinaire. Après tout, les internautes peuvent bien recevoir des sanctions pénales et civiles pour défaut de sécurisation, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les fonctionnaires ?  

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.