Le hack du site de Marine Le Pen: une grossière manipulation

Dans la nuit de mercredi, il nous a été possible de découvrir que le site de Marine Le Penl avait été hacké. En effet, à la place de l’habituelle page d’accueil, il nous est possible de découvrir sur fond noir, une photo d’une jolie jeune femme voilée, a priori djihadiste, avec une inscription en arabe au-dessus. Ne lisant pas l’arabe, je ne peux pas vous dire quelle est la teneur des propos affichés.

Mais je ne peux m’empêcher de m’interroger. Pourquoi maintenant ? Pourquoi un tel piratage ? Pourquoi afficher le nom de la personne qui aurait hacké ? En réaction de quoi la page a-t-elle été hackée ?

A moins que quelque chose m’ait échappé, Marine Le Pen n’a pas tenu (récemment j’entends) de propos désagréables envers les musulmans. Tout du moins, pas plus que d’habitude. Donc pourquoi maintenant ? D’autant que sa dernière action politique, à savoir, exclure un membre du parti car passé et présent plus que sulfureux, bien que n’étant du tout du goût de son père, a plutôt été salué. Il est certain que lorsque l’on veut gagner en respectabilité politique, copiner avec des néo-nazis, cela fait désordre.

Pourquoi un tel hacking, que je soupçonne avoir été effectué par une injection de code (mais je laisse les copains qui sont plus calés sur la question, s’engueuler à ce sujet). Quel intérêt d’afficher une photo d’une jolie jeune femme djihadiste ? Et pourquoi ne mettre le message qu’en langue arabe ? Si je raisonne de manière opportuniste, j’aurais tendance à dire qu’il aurait fallu mettre le message en arabe mais également en français. Après tout, quand Jonathan Lambert s’est moqué des Roumains sur France 2, des pirates roumains qui s’étaient amusés avec la home de France Télévision, avaient écrit en français.

Quand à la jeune femme, elle a plutôt le type caucasien : les yeux bleus, le teint clair et les sourcils indiquent clairement que les cheveux sont blonds ou châtains. On m’objectera qu’elle pourrait être des pays de l’Est dans la mesure où il existe une communauté musulmane dans les Balkans.

Mais les vêtements qu’elle porte ne sont pas typiques des Balkans. Ceinte d’un bandeau vert écrit en lettres jaunes, cela semble indiquer une personne du Moyen-Orient, plus particulièrement d’Iran, de Syrie ou du Liban, là où sévissent les Frères Musulmans. Par ailleurs, en-dessous, la superposition des deux voiles confirme l’hypothèse selon laquelle on se trouve plutôt devant une jeune femme du Moyen-Orient.

En-dessous du bandeau se trouve le fameux keffieh popularisé par Yasser Arafat, également utilisé par les Frères Musulmans.

En clair, on veut faire peur mais pourquoi ?

Autre élément un tantinet troublant : l’affichage du nom du supposé pirate. Non seulement je trouve le pseudo utilisé curieux, surtout quand on connaît la passion des hackers pour les noms les plus fantaisistes qui soient, mais surtout l’origine du prénom. En effet, Kader est un prénom très courant au Maghreb mais moins courant au Moyen-Orient, je pense toujours à l’Iran en disant cela.

Etrange mélange entre le Moyen-Orient, les Balkans et le Maghreb qui me fait penser qu’il s’agit d’un piratage tout à fait contrôlé et volontaire. Il est manifeste que la personne qui aurait décidé de cette action ne connaît pas grand-chose à la géopolitique de ces régions, ni aux différents interactions qui peuvent exister, ni aux différents courants de l’islam. Je ne prétend pas m’y connaître beaucoup plus mais je m’interroge.

Et si ce prétendu hacking était le fruit d’une volonté de la part du Front National afin de se poser non seulement en victime (je vous rappelle que le hacking est pénalement puni) mais également pour jouer les Cassandre, choses qui sont un peu les spécialités du Front National.

Je ne dis pas que tout ceci a été organisé directement par Madame Le Pen, mais j’ai du mal à croire dans « la sincérité » de cette attaque et à un an des élections présidentielles, que ne ferait-on pas pour attirer des électeurs, si ce n’est agiter le sentiment de peur. Il serait de bon ton que les politiques de tous bords n’oublient jamais que jouer sur la peur des gens est quelque chose de très dangereux.  

Et quand on se sert des NTIC pour agiter les sentiments, il faut également éviter les tactiques trop grossières. En tout état de cause, ce pseudo-piratage manque cruellement de subtilité.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.